La cause des hommes. Patrick Guillot. Option santé, 2004


Le livre qui a donné naissance à notre site :

.

 LA CAUSE  DES  HOMMES. Pour la paix des sexes

Le sous-titre choisi par l’éditeur français est : Pour une réelle équité sociale entre les sexes

L’auteur : Patrick Guillot

Deux éditions :

1) l’édition québécoise : Option santé, 2004 (ci-contre). La version papier est épuisée, une version PDF est disponible.

2) l’édition française : Viamedias, 2005 (voir haut de page). Cette édition n’est plus disponible ni en librairie ni chez l’éditeur. On peut la trouver dans un certain nombre de bibliothèques.

On peut trouver des exemplaires (papier) des deux éditions chez les vendeurs en ligne comme Price Minister, Amazon, etc. Mais les opportunités sont variables.

 

Le sommaire :

Introduction : Vers un mouvement des hommes ?

Chapitre 1. La mâle souffrance

Vraies forces, vraies faiblesses
Qui regrette le patriarcat ?
Des hommes qui ont faim
Un fils affamé : Poil de carotte
Deux siècles d’éloignement des fils et des pères
La prégnance du stéréotype
Big Mother veille sur vous
Où sont les héros ?
Le néo-sexisme
La confusion des mots
L’homme-coupable

Chapitre 2. Révolte contre le stéréotype

Des " nouveaux pères " dès le Moyen Âge

Le modèle celte
L’homme est multiple

Chapitre 3. Contre toutes les violences

La violence n’a pas de sexe
L’histoire de Dave, homme battu
Les damnés de la Terre

Chapitre 4. La lutte des pères

Naissance : préparer les pères aussi
Une avancée : le congé de paternité
Divorce : la justice ou l’idéologie ?
Crimes contre les pères
Les pères changent, les pères dérangent
La longue marche des militants
Pères, hommes, femmes, enfants : au carrefour de toutes les causes
Le patronyme, c’est l’équité

Chapitre 5. La quête de l’identité

Réseau Hommes : la découverte de l’intimité
New Warriors : vivre un rite de passage
Construire des espaces masculins

Chapitre 6. La cause des fils

Les programmes père-fils
École I : Bravo les filles !
École II : Comment sauver les garçons ?

Conclusion : Trouver la fierté

Médiagraphie. Associations.

 

L’introduction :

Vers un mouvement des hommes ?

Le XXe siècle restera, à coup sûr, dans l’histoire, en tant que celui de l’apogée du mouvement des femmes. Le XXIe y restera peut-être aussi, en tant que celui de l’émergence du mouvement des hommes. Dans les trente dernières années, en effet, se sont produits une série d’événements, dont l’importance a été sous-estimée, parce qu’ils ont été compris, à tort, comme relevant de processus distincts. Les acteurs de ces événements avaient en commun d’être des hommes et d’agir pour construire une nouvelle identité masculine. Ce qu’ils ont initié est assez fort pour durer, se concrétiser et s’élargir. Le présent ouvrage se propose en tout cas d’explorer cette hypothèse.

Le premier mouvement masculin novateur fut, dans les années soixante-dix, celui des " nouveaux pères ". Ces hommes choisissaient d’être proches physiquement et affectivement de leurs enfants et rompaient avec deux siècles d’une tradition de pères conditionnés à la distance, voire au silence. Cette révolution douce des mentalités, qui n’a cessé de s’enraciner, a conduit à l’adoption de diverses mesures sociales, comme le congé de paternité.
Paradoxalement, au fur et à mesure de l’augmentation des procédures de séparation et de divorce, des pères, qui étaient parfois les mêmes, découvraient avec effarement que les contacts avec leurs enfants seraient désormais réduits à la portion congrue. Les lois, ou une application archaïque et idéologique des lois, les transformaient en parents auxiliaires. Ils ont créé des associations de soutien, milité et offert à la société le visage d’une paternité fière et combattante. Les lois et les mentalités ont évolué favorablement, mais beaucoup trop lentement. Nombre de procédures sont encore de véritables guerres qui suscitent les pires souffrances, en particulier pour les enfants qui y sont impliqués malgré eux. Le combat des mouvements paternels est toujours d’actualité.

À partir des années quatre-vingt, d’autres hommes, fatigués de vivre dans un carcan, ont commencé une remise en cause, plus large, du stéréotype masculin bourgeois. Autour de quelques leaders charismatiques, ils se sont eux aussi regroupés. Ils ont initié entre eux de nouvelles pratiques : groupes de parole, temps de ressourcement, rites de passage. Ils ont créé les conditions d’émergence d’une nouvelle parole masculine, authentique, où s’est exprimé en particulier un manque ancien lié à la distance des pères. Cette quête identitaire, discrète et peu connue, n’en est qu’à ses débuts.

Cette libération de la parole masculine est une nouveauté essentielle. Les hommes s’interdisaient, par conformité au modèle appris et crainte de la moquerie, d’apparaître en situation de faiblesse et, plus encore, de victimes. Ce tabou a été levé. Ainsi, des hommes qui ont subi la violence dans le couple osent désormais évoquer leur situation et s’efforcent de la faire reconnaître.

Leurs voix se joignent à d’autres qui s’élèvent contre ce qu’il faut bien appeler un sexisme inversé. Outre que perdurent ou apparaissent certaines lois discriminantes pour les hommes, un discours agressif, qui assimile la masculinité à la violence et à la destruction, a succédé à celui qui dévalorisait antérieurement les femmes. Pour faire face, ces voix appellent à la fois à la prise de conscience masculine et à la paix des sexes.

Ceux des hommes adultes qui ont souffert du manque de père s’efforcent de donner à leurs fils ce qu’eux-mêmes n’ont pas reçu, parfois dans le cadre d’activités collectives organisées comme les programmes père-fils. Enfin, dans le domaine scolaire, l’alerte est donnée. Les résultats des garçons sont désormais, dans la plupart des domaines, inférieurs à ceux des filles et ils représentent la plus grosse part des élèves en difficulté. Un courant pédagogique se préoccupe désormais de définir les modes d’apprentissage masculins spécifiques et prône leur prise en compte par l’école.

Chacun à sa manière, ces mouvements manifestent un même refus des rôles artificiels, l’exigence de droits égaux et une même aspiration tournée vers l’avenir à créer une nouvelle identité et une nouvelle fierté. C’est pourquoi leur convergence est logique et possible. Limités aux sociétés développées, ils sont d’importance variable selon les pays. Ils apparaissent tout juste en Europe occidentale, alors qu’ils sont bien avancés en Amérique du Nord, en particulier au Québec : on trouvera ici beaucoup d’informations et d’exemples en provenance de cette province canadienne, même si c’est depuis la France que les événements sont observés.

Ce livre, qui se veut entre autres informatif et utile, propose de nombreuses références bibliographiques, statistiques et associatives. Enfin, il donne toute sa place à la parole de ces femmes qui appellent les hommes à prendre conscience d’eux-mêmes et de leur valeur. De même que beaucoup d’hommes ont accompagné, voire précédé, le mouvement des femmes dans sa lutte pour les droits et l’identité.

 

 

 



Imprimer

Menu

Menu :