PATERNITES IMPOSEES

 

 

Une paternité imposée est le processus par lequel une femme donne naissance à un enfant contre la volonté du père biologique, et parfois à son insu.

 

Il existe plusieurs cas de figure :

- certaines femmes veulent un enfant pour elles seules, et l’élever seules. Les unes gardent la naissance secrète. D’autres, après coup, en informent le père, qui n’a plus d’autre choix que de garder ou non le contact avec l’enfant. D’autres enfin, comble de cynisme, saisissent la Justice pour obtenir une reconnaissance en paternité et une pension alimentaire ;

- certaines femmes étrangères en situation irrégulière, visent, en devenant mères d’un enfant français et subvenant à ses besoins depuis sa naisance, à obtenir la protection contre toute procédure d’expulsion ;

- certaines espèrent par une naissance s’attacher définitivement un homme qui hésite à s’engager durablement avec elles ;

- certaines sont déjà en couple. Soit leur conjoint est stérile, et elles trouvent là une solution au problème. Soit l’enfant ne faisait pas partie du projet de leur couple, et elles n’en ressentent le désir que tardivement : c’est leur conjoint qui se voit alors imposer la paternité.

- certaines enfin choisissent pour ce faire des hommes riches, ce qui leur garantit ensuite des retours financiers importants.

 

Dans tous ces cas, il s’agit d’une violence faite à des hommes exclusivement, qui les laisse totalement démunis. La loi ne leur offre en effet aucune possibilité d’empêcher une paternité ou d’en refuser la responsabilité. Même s’ils ont un doute, ils ne peuvent le vérifier puisque n’étant pas autorisés à utiliser le test de paternité.

Il y a là une inégalité manifeste des droits, les femmes, elles, bénéficiant de plusieurs possibilités d’enrayer une grossesse ou de renoncer à une naissance non-voulue : pilule du lendemain, IVG, accouchement sous X.

 

Les hoministes revendiquent donc pour les hommes en relation ponctuelle qui ne souhaitent pas une naissance :

- pendant la grossesse et dans le délai permettant l’IVG, la possibilté de renoncer à toute responsabilité concernant l’enfant à naïtre ;

- après la naissance, la même possibilité s’ils n’ont pas été informés de la grossesse.

Et pour les hommes en couple, en cas de doute sur leur paternité, dès la naissance et dans un délai à définir, la possibilité de recourir au test de paternité, ce qui leur permettra si le résultat en est négatif et s’ils le souhaitent d’obtenir ensuite l’annulation de la paternité.

 

Le livre de référence (et le seul, malheureusement) :

Le dossier réalisé par le GES :

g-e-s.fr/base-de-documentation/dossiers/les-paternites-imposees/

Au Québec, le travail de Marc Zaffran :

http://www.academia.edu/4034292/Au_Qu%C3%A9bec_hommes_et_femmes_ont-ils_les_m%C3%AAmes_droits_d%C3%AAtre_parents_version_%C3%A9tendue_avec_proposition_dam%C3%A9nagement_de_la_loi_

Des sites :

http://parentalitesimposees.blogspot.fr/

http://paternite-imposee.blogactifs.com

http://pensionabusive.xooit.fr/index.php

http://asipa203.unblog.fr/

Télé :

Dans Les maternelles du 21 avril 14 ( France 5) séquence avec Mary Plard

DEBAISIEUX, Lorène. Sois père et tais-toi Documentaire (France 5, janvier 2015)



Israël : une femme condamnée pour "vol de sperme". Le Point, 8 décembre 2013


Paternité imposée, viol, quel mot trouver ? Thomas Julien, juillet 2012


Tribunal d’El Jadida : père malgré lui. Infos du Maroc, 24 mars 2006


Père malgré lui. La presse (Montreal), 26 juin 2009


Un homme devra verser une pension alimentaire même s’il n’est pas le père. Presse canadienne, 8 janvier 2009


Géniteur malgré lui, il réclame justice. Libération, 4 juillet 2007


Allemagne : le droit des pères de s’assurer de leur paternité reconnu outre-Rhin. Le Monde, 16 février 2007


Géniteur sous X. Marcela Iacub. Libération, 25 janvier 2005




Menu

Menu :